Partagez | 
 

 « Mais où suis-je tombée encore ? »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Extasy A. Skyfall


× Pseudo : © Sweety
× Crédits : © Miss Amazing
× Autres comptes : Min-Ji LEE V.
× Nom complet : Extasy Alexiel SKYFALL
× Âge : 19 ans
× Classe : Bachelor
× Humeur : Got a Secret ♥

Pour aller plus loin
× Liste des choses à faire:
Relations & Commentaires:
× JukeBox: Secret ▬ The Pierces

MessageSujet: « Mais où suis-je tombée encore ? »   Dim 11 Nov - 11:47



❝ Mais où suis-je tombée encore ? ❞

Pv; ELEVEN D. W. JEFFERSON

J’avais fait un long voyage. J’étais fatiguée par les décalages horaires entre l’Italie et Los Angeles, j’avais qu’une envie : faire du shopping. Bah oui, il fallait bien que je m’habille. Assise dans la sublime limousine qui m’emmenait à ma nouvelle école, je regardais le paysage. Il était si différent de ce que j’avais pu connaitre en Italie. En voyant une bimbo blonde entourée de sa basse cour, j’eus un sourire. Pas un tout gentil, tout mimi. C’était bien de la cruauté que l’on pouvait y voir. Je ne regrettais absolument pas mon meurtre. Et puis Maman faisait tout pour me sortir de cette panade donc je ne m’en faisais pas beaucoup. De mon sac à main, je sortis mon miroir de poche ainsi qu’un gloss. Je m’en appliquais sur les lèvres et fis mine d’envoyer un baiser à mon reflet. Je remontais mes boucles blondes et rangeais mon petit miroir. Je passais lentement ma langue sur un petit morceau de ma lèvre inférieur. Nous arrivâmes enfin devant ma nouvelle demeure quand je reçus un message de … Maman. J’eus un sourire. Cette femme était tellement attentionnée avec moi, sa fille. Heureusement que j’avais pas eu une autre mère. Le chauffeur sortit par sa porte et vint m’ouvrir la mienne. Telle une reine j’en descendis. Je passais une main sur mon slim et redescendis légèrement mon T-Shirt. J’attrapais ma veste en cuir et l’enfilais tandis que Bernard, le chauffeur, commençait à sortir mes affaires. Je pris vingt dollars et m’approchais en lui les tendant.
EXTASY Merci. Faites gaffe dans cette valise, il y a des choses fragiles. Si vous les cassez, vous en serez l’unique responsable. Et tenez, c’est pour m’avoir conduit ici. Au fait, vous connaissez un endroit où l’on vend du bon vin ? Me regardez pas comme ca, j’suis majeure.
BERNARD ▬ Hmm … Heu … Vous allez tout droit puis à l’intersection, vous tournez à gauche et ensuite à droite. Vous trouverez un très bon magasin.
EXTASY Merci.
Je lui souris et pris mon sac à main. Je me mis à suivre le chemin qu’il m’avait indiqué. Je croisais un groupe de garçons qui se mirent à siffler en me voyant arriver. Je secouais la tête, faisant bouger mes boucles blondes. Quelle bande d’animaux … Je me tournais et leur fis un petit sourire. En vrai, mon décolleté n’arrangeait vraiment pas mes affaires. Ils me firent des petits signes de tête et je penchais la mienne sur le côté, comme charmée. J’écrivis un petit message que je leur montrais bien, sans qu’ils voient les mots, et le fis tomber par terre. Fait exprès bien sur. Après mon départ, ils viendraient le récupérer et verraient juste une petite insulte à leur égard, rien de bien grave. J’arrivais enfin dans la rue que m’ait dit mon chauffeur. Je fus surprise. Les gens ne se regardaient pas, avançaient à toute vitesse et puis il n’y avait pas le magasin de vin. Je soupirais et décidais d’aller demander mon chemin à quelqu’un qui habitait par ici et, avant, prendre un verre. Ca pouvait toujours me détendre. Je m’arrêtais devant la vitrine du bar et regardais mon reflet. Je touchais mes cheveux et rentrais dans la salle miteuse. Je vins m’assoir sur un tabouret entre deux gars. Un brun et un blond. Génial. Je commandais un whisky et attendis, envoyant un message a Justin, mon meilleur ami, quand la police entra. Bien sur, ca n’aurait pas du me faire quelque chose. Seulement, elle était pas normale, elle. Elle avait le drapeau italien cousu sur la manche droite. Je ne fus surprise quand ils m’adressèrent la parole. En tournant sur mon tabouret, je souris mais un sourire qui voulait dire « Qu’est-ce que vous me voulez encore ». Ils entamèrent.
POLICIER 1 ▬ Mademoiselle Skyfall ? Mademoiselle Extasy Skyfall ?
EXTASY Oui, c’est bien moi. Que me voulez vous ? Et pourquoi avoir fait la traversée de l’océan pour me rejoindre ici ?
POLICIER 2 ▬ Nous voulions vous interroger sur le meurtre d’Adeline Batollomi. Nous savons que vous vous connaissiez et qu’elle a causé la mort de votre am…
EXTASYOui, je sais. Je vous ai déjà tout dit. Je n’ai rien à ajouter, si ce n’est que vous devriez fouiller du côté de ses amies. Ce genre de personne aime être la … « Reine » et elles feraient tout pour l’être. Vous vous trompez vraiment de personne et, si possible, évitez de me parler d’Adèle. Vous serez bien gentils. Si vous avez d’autres questions, adressez vous à ma mère. Elle s’occupera de vous. Au revoir.
POLICIER 1 ▬ Nous découvrirons qui a tué cette gamine. Sachez que vous êtes observé. Au revoir Mademoiselle Skyfall.
Mon verre arriva et je l’attrapais pour boire. Une fois les deux grands gaillards Italiens sortis, je bus une gorgée. Super. La police me croyait la tueuse, ce qui n’était pas faute. Je secouais la tête et trempais mes lèvres dans le liquide avant de murmurer « Les enfoirés … ». Je posais mon verre, et baissais la tête. Sur, mon portable était sur écoute. Je le posais sur le comptoir et fouillais dans mon sac. Il ne fallait pas que j’ai l’air coupable. Mon sourire s’étendit, et je tapotais mon verre. J’avais enlevé toutes preuves m’accusant. Enfin, je pense. Je secouais la tête, passais une main dans mes cheveux et baissais la tête. Que ce serait-il passer, si ce meurtre n’avait jamais eu lieu ?



© Sweety
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Eleven D.W. Jefferson


× Pseudo : Miss Amazing
× Crédits : avatar : Miss Amazing || icon : Bazzart
× Autres comptes : Lily-Rose C. Jenkins
× Nom complet : Eleven Drake William Jefferson
× Âge : 20 ans
× Classe : Bachelors
× Humeur : On s'connaît ?

Pour aller plus loin
× Liste des choses à faire:
Relations & Commentaires:
× JukeBox: Let it be ; The Beatles

MessageSujet: Re: « Mais où suis-je tombée encore ? »   Dim 11 Nov - 21:31


Mais où suis-je tombée encore ?
Extasy & Eleven


« Merci pour ces belles années, Eleven, vraiment merci. Je t'aime, n'oublie jamais. » Je me lève avec brutalité de la table. J'ai la tête qui tourne et une envie énorme de dégueuler. La fille avec qui j'étais sensé passer l'après-midi me regarde avec inquiétude. « Tu es tout pâle Eleven... est-ce que ça va aller ? » Je ne daigne pas lui accorder mon attention et attrape le verre d'eau que je vide d'une traite. Quand arrêteront-elles de me prendre en pitié ? Je quitte le café sans payer, sans dire au revoir. Les regards des autres pèsent dans mon dos, et si j'y avais fait attention un jour, j'aurais pu me retourner et me rasseoir, sourire, m'excuser. Pathétique comportement. Un enfoiré, on le joue à fond ou on le joue pas du tout. J'enroule mon écharpe autour de mon cou et enfile ma veste d'un geste rageur. J'attendais encore ma thérapie, évidemment. Quelque chose qui m'aidera à me la sortir de la tête. N'importe quoi, quelque chose de blessant ou d’apaisant, un sourire ou une douleur. Tout sauf ce fantôme qui me suit partout. Qu'aurais-je pu ou dû dire pour ne pas qu'elle parte ? La savoir loin de moi me laisse un trou énorme dans le coeur. Ne pas sentir sa présence, son souffle; ne pas entendre sa voix ou même son rire... tous ces détails me ronge comme un insecte ronge une feuille, lentement et minutieusement. On m'a dit un jour qu'aimer est ce qu'il y a de plus beau. Jamais plus je ne remettrai en cause mes pensées là-dessus. Tomber amoureux, c'est tomber; alors ça fait forcément mal. Cette chute m'a arraché la tête comme elle m'a arraché le coeur. Je déteste aimer. Cette dépendance à une unique personne, jamais plus je ne veux la ressentir, jamais. J'ai la poitrine qui s'enflamme, j'ai envie de pleurer. Elle aurait dû se battre, ne pas m'abandonner. Quel égoïste je fais, c'est écoeurant. Remonter le temps pour ne plus souffrir, si seulement c'était possible. Je frappe contre un mur; quel con. Aussi étrange que cela puisse paraître, je ne ressens pas la douleur que j'aurais dû éprouver à la suite de ce coup. Je regarde ma main ensanglantée sans grande conviction.
Il n'y a pas grande chose à dire si ce n'est que j'ai envie de remonter à une époque antérieure à elle. Sans la moindre souffrance, sans la moindre torture morale. Vivre pour vivre, subsister, ne croire en rien. Je pousse la porte d'un bar. Ce soir, ma routine change. Je ne penserai plus, je serai comme avant, comme je m'aimais, moi seulement. Mon coeur est impénétrable, mes yeux sont indéchiffrables, ma bouche ne fera que complimenter et ne parlera jamais de mon existence inintéressante. Je serai moi. Pas un lui, ou un autre. Seulement moi. L'exécrable playboy milliardaire dénué de valeurs; celui qu'Elena avait haï de tout son être avant de le faire disparaître, et de s'envoler à son tour, telle une ange qui aurait accompli sa mission. Me persuader qu'elle reviendra un jour est plus qu'inutile à présent; la réalité vient d'écraser le rêve. Je m'avance, dans cet endroit où les gens ne me connaissent pas. La musique de fond m'est inconnue; c'est tout juste si j'essaye de l'entendre pour tout vous dire. Je reste un instant à l'entrée, regardant ce lieu qui m'est si familier, même si je n'y ai jamais mis les pieds. Los Angeles n'a jamais été une ville pour laquelle je m'étais intéressé, et encore maintenant j'en ai rien à cirer. Les gens se parlent à voix basse, c'est vraiment un lieu pour les bourges, où tout ce qui est dit est contrôlé. Je n'aurais jamais dû me retrouver ici, et pourtant. Entre les sourires, les discussion barbantes et les caresses timides... pourquoi les gens ici sont aussi coincés ? Je m'apprête à faire demi-tour quand mon regard croise le sien. Je ne sais pas pourquoi je me suis arrêté, car c'est une fille comme toutes les autres. Un corps de rêve et un regard assassin. Le seul mot qui me vient à l'esprit est « Queen » même si je sais déjà que ce n'en est pas une. Cette attitude hautaine et ce regard insultant, seules ces filles-là peuvent le faire aussi parfaitement. Je m'approche du comptoir, prend place à côté d'elle et écarte son verre sans la quitter des yeux. « Ne vous a-t-on jamais dit que l'alcool est interdit aux mineurs ? » Mon ton est poli, mais mon sourire prétentieux. Les trois quarts des consommateurs ici sont mineurs, elle et moi y compris. J'inspecte minutieusement chaque détail de sa personne. Caresser sa peau me démange, et les éclairs que me lancent ses yeux me donnent des frissons tels que je ne peux m'empêcher de soutenir son regard. Quelque chose me dit que mon visage ne lui est pas inconnu, et à sa manière de s'habiller, je devine qu'elle fréquente - ou va fréquenter dans son cas, puisque je ne l'ai jamais vue nulle-part - le même établissement que moi. Mes yeux se détachent des siens pour s'attarder sur ses lèvres. Fines et arrogantes; elles feraient presque concurrence à ses iris azurés. « Mais peut-être n'êtes-vous pas ici seulement pour boire ? » Bien sûr que non. Une jolie fille ne va jamais au bar seulement pour boire. Si elle me dit le contraire, je ne la croirai pas, même si cela s'avérait être vrai.
(c) Miss Amazing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanctuary-of-heart.forumactif.org
avatar


Extasy A. Skyfall


× Pseudo : © Sweety
× Crédits : © Miss Amazing
× Autres comptes : Min-Ji LEE V.
× Nom complet : Extasy Alexiel SKYFALL
× Âge : 19 ans
× Classe : Bachelor
× Humeur : Got a Secret ♥

Pour aller plus loin
× Liste des choses à faire:
Relations & Commentaires:
× JukeBox: Secret ▬ The Pierces

MessageSujet: Re: « Mais où suis-je tombée encore ? »   Mer 14 Nov - 13:03



❝ Mais où suis-je tombée encore ? ❞

Pv; ELEVEN D. W. JEFFERSON

Les deux gars assis à côté de moi se levèrent de leur tabouret et partirent presque en même temps. Je les regardais faire, bouchée bée. C’était pas comme si j’étais une tueuse en série, hein. Je fermais les yeux et me retournais du côté du comptoir. Le barman me regardait étrangement, comme s’il craignait que je salisse la réputation de son bar. Quelle réputation ? C’était tout miteux ici, tout moche. Je ne sais pas pourquoi j’étais entré d’ailleurs. Je trempais de nouveau mes lèvres dans le liquide que contenait mon verre. Je pris mon sac à main et fouillais dedans afin de trouver mon Smartphone. Je le trouvais enfin, tout noir qu’il était. J’écrivis très vite à ma mère pour la prévenir de l’arrivée des flics italiens dans ma nouvelle ville puis je le rangeais. Je resserrais l’étreinte autour de mon sac quand mon verre se décala. Je plissais mes yeux en le regardant bouger puis je levais la tête vers l’imbécile qui me parlait. De plus, il me vouvoyait. J’avais l’aire si vieille sérieusement ? Mon sourire se crispa quelque peu, mon regard se fit assassin. Il continuait à m’enlever mon verre. Je regardais son visage. Il était beau, y’avait rien à dire sur ceci. Mais le petit sourire qu’il arborait me fit immédiatement le détester. Et son visage me disait quelque chose. Pour en revenir sur son sourire, il ne faisait aucun doute que le garçon était un King de ma nouvelle école. Youpi. Première rencontre, personne que je déteste. Je serrais mon sac un peu plus fort. Puis je tiltais sur sa phrase. Mineure, moi ? J’étais majeure à ce que je sache mais, n’étant pas au courant du mode de vie de ce pays, étais-je mineure ? Je me mordis la lèvre inférieure. Il fallait vraiment que j’apprenne les coutumes des gens ici. Finalement je repris mon verre, un sourire moqueur sur le visage. Je savais où j’avais vu sa tête. Une vidéo. Une vidéo que m’avait montrée Justin. Une vidéo où l’on peut imaginer toutes sortes de fin et celle que j’avais dans la tête était plutôt … Je passais la main dans mes cheveux, continuant de l’écouter. Franchement, ce mec, je suis sure qu’il a plusieurs copines à la fois. Ca ne m’étonnerait même pas. Puis le problème avec ces gens là, c’est qu’ils cherchent sans arrêt le sexe. J’en suis sûre que ca avait finis ainsi. Lui demander, peut être ? Ouais, c’était une bonne idée. Ah oui, son nom ! Je le connaissais. C’était Undici. Quel drôle de prénom quand même … Ils étaient pas fort pour ca les Américains. Jamais je n’appellerais mon fils Decimo, hein. Attrapant mon verre, je bus une gorgée et répondis à ses questions, sourire moqueur toujours collé sur mes lèvres.
EXTASY Qu’est ce que ca peut vous faire ? Vous n’êtes pas ma mère à ce que je sache. Pour savoir, vous ne serez pas le gars de la vidéo ? Vous savez vous êtes avec une fille et vous alliez commencer une partie d’un jeu … -regard pervers, sourire railleur- Comment est-ce que ça à finis ? Même que je connais votre nom, c’est … Undici.
Mon accent italien souligna son prénom. Je penchais la tête sur le côté, toujours en train de sourire. Mon portable sonna et je décrochais. C’était mon guitariste français. Mon visage s’adoucit et je sentis un peu de rose sur mes joues. Ca faisait un bail que je ne lui avais pas parlé. Je m’excusais auprès du garçon, simple politesse, et m’éloignais. Il me parla de sa tournée, de ses défilés, de tellement de choses. Des rencontres qu’il avait pu faire, des stars, des mannequins et, bien sûr, sa nouvelle copine. Il changeait tout le temps de copine, à chaque tournée. Le pire était que c’était toutes ses fans. Je ne supportais pas qu’il leur fasse ca. Moi-même, qui l’avait quitté, en souffrait. Il me proposa un rendez vous à quatre, je grinçais des dents mais acceptais. Monsieur voulait me présenter une certaine Ariadna, mannequin Russe. Je serrais mon manteau et continuais d’acquiescer à ce qu’il me disait, sans grande conviction. François me parlait de sa vie avec elle, que ca faisait deux mois qu’ils se connaissaient et même de leurs prouesses sexuelles. Finalement, je trouvais de quoi raccrocher mais il me fit promettre ce dîner à quatre. Je ne pus vraiment pas refuser. J’éteignais mon portable, un air dépité au visage puis revins m’assoir sur ma chaise de tout à l’heure. Undici n’avait pas bougé d’un pouce. Je décidais de faire comme s’il n’existait pas et demandais un autre verre. Il arriva, je le pris et bus une longue gorgée avant de fermer longtemps les yeux. Je les rouvris et serrais mon sac contre moi. Si j’en trouvais pas, je pourrais p’t’être faire passer des auditions, non ? C’était pas bête comme idée. Mais ce qui m’aurait le plus arrangé, c’est que cette Russe n’existe pas. C’était la première fois qu’il me demandait ca ! Ca devait être sérieux alors. Je secouais la tête et murmurais.
EXTASY Stupide Russe …
C’était vrai. Je la haïssais, je la détestais, je ne l’aimais pas, je voulais juste la … tuer ? Je souris. Pourquoi pensais-je à ca ? Un meurtre ne suffisait pas ? Il en fallait un autre ? Encore un ? Je replaçais mes boucles sur mes épaules et cognais, sans vraiment le faire exprès, contre mon voisin. C’est-à-dire n°11. Sérieux, pourquoi l’appeler comme ca ? Ses parents n’avaient pas eu d’idée sur leur nouveau fils ? Je ne m’excusais absolument pas et bu une nouvelle gorgée. Il m’avait l’air trop prétentieux et si je continuais ainsi, ça pouvait dérailler. Justement le but n’était pas de péter un câble alors que je venais d’arriver et que les flics me surveillaient, ca faisait trop … suspect.

[Hors-Rp | Désolée, c'est un peu, beaucoup, énormément nul >< Désolée]



© Sweety
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Eleven D.W. Jefferson


× Pseudo : Miss Amazing
× Crédits : avatar : Miss Amazing || icon : Bazzart
× Autres comptes : Lily-Rose C. Jenkins
× Nom complet : Eleven Drake William Jefferson
× Âge : 20 ans
× Classe : Bachelors
× Humeur : On s'connaît ?

Pour aller plus loin
× Liste des choses à faire:
Relations & Commentaires:
× JukeBox: Let it be ; The Beatles

MessageSujet: Re: « Mais où suis-je tombée encore ? »   Sam 1 Déc - 23:47


Mais où suis-je tombée encore ?
Extasy & Eleven


« Le choix, c'est l'absence de liberté. » Je ne sais pas pourquoi elle réagit aussi brusquement. Il y avait une telle agressivité dans sa voix que je reste un instant muet. Normalement, ça n'aurait pas dû se passer comme ça, mais c'est à moi de m'adapter. Je m'attendais à une bimbo, je suis tombé sur une teigne, si ça ce n'est pas de la malchance. Passé le choc de la première prise de parole, je me rends compte qu'elle est italienne. Pas étonnant qu'elle soit aussi bien foutue. Un sourire étire mon visage. Même si on a réussi à effacer le gros de la vidéo, le début est visiblement passé chez les plus rapides. Et même si on a du mal à reconnaître les visages, il faut avouer que les attitudes et les paroles nous ont trahis. Qu'importe ; quelle honte y-a-t-il à se taper l'une des plus belles Queens de Pleamore High School ? Aucune, naturellement. Enfin se taper, c'est un bien grand mot. On aurait pu former un joli couple... s'il n'y avait pas eu Elena. Quand est-ce que qu'elle arrêtera de me torturer ? Pourquoi est-elle toujours là au moment où je veux l'oublier. Mon cœur se serre. J'ai mal. La blonde se lève, je ne le remarque même pas, et commande un verre de je ne sais plus quoi. Mon sourire s'efface pour laisser place à cette moue froide et hautaine. Elena aurait détesté me voir comme ça. J'ai envie qu'elle revienne, qu'elle prenne mes mains entre les siennes comme elle le faisait toujours dès que j'allais mal. La prendre dans mes bras, l'embrasser, la savoir près de moi... tout ça me manque beaucoup trop. C'est insupportable. Mon téléphone vibre dans la poche de mon pantalon. Je crois que c'est Josh, ou même Ten. Peut importe, je n'ai aucune envie de leur parler à eux deux. Du moins pas tout de suite. Pour qu'ils entendent dans ma voix un appel au secours ? Et puis quoi encore...
Le coup dans l'épaule envoyé par la blonde me tire de mes pensées. Je lève les yeux vers elle sans remarquer qu'elle a commandé un second verre. L'expression dans mon regard retrouve celle que j'avais quittée et mon sourire revient à la charge. « Cette histoire a très bien fini, mais je te laisse deviner comment. » Le vouvoiement a laissé place au familier tutoiement. Ce n'est pas logique, mais pour tout vous dire, il n'y en a aucune. « Et c'est Eleven, pas Undici. Bien que je pense que la signification soit la même, je préfère Eleven. » Je n'ai jamais aimé l'italien. Je ne sais pas pourquoi. Quelque chose dans la langue me dérange. Ou c'est peut-être parce que les italiennes que j'ai fréquentées étaient lassantes ? Je bois mon verre et regarde la jeune fille avec insistance. « Maintenant que tu as mon nom, pourrais-je avoir le tien ? » Ce n'est pas une question, ni un ordre. C'est un peu entre les deux. Si jamais elle connaît les bases de la politesse, il est temps d'en faire usage. J'attends sa réponse, après tout nous avons toute la soirée devant nous. Quand bien même j'ai cours demain, je pense que j'ai le droit de consacrer ma soirée à cette blonde. Je la regarde avec insistance... avec ses yeux bleus qui semblent vous lancer des éclairs, elle me rappelle Elena. Ma main se crispe sur mon verre. Tout ce que je fais, tout ce à quoi je pense... tout me ramènera toujours à elle. Elle haïssait ce système de confréries, et encore plus cette distinction entre les Kings, les Queens et le commun des mortels. La seule qu'elle pouvait supporter était Ten, mais seulement parce qu'elles se connaissaient depuis des lustres. Et puis au fond, Tia a des côtés bizarres, c'est bien pour ça qu'on l'aime. Je regarde autour de nous. Que fait cette fille toute seule ? Ce coup de fil était-il de son copain ? Je souris, encore. « Puis-je savoir qui est celui qui a osé te laisser toute seule ce soir ? Je suis dans un bon jour, je lui laisse cinq minutes. Passé ce délai, tu es à moi, ça te vas ? » Ça te vas. Ces trois mots sonnent faux à mon oreille. Je ne lui laisse pas le choix, du moins pas cette fois. Je vide mon verre et jette un œil à mon téléphone. 18 appels manqués, si ça c'est pas du harcèlement. J'ignore sa réponse, attends un instant et lance une liasse de billets sur le comptoir. Je me lève, prend la jeune fille par la main et la force à se lever. « Les cinq minutes sont écoulées, on peut y aller. « je déclare en l'entraînant derrière moi. Elle proteste, dans l'espoir que je la lâche sans doute. Je ne fais attention à rien du tout et pousse la porte du bar, pour ensuite sentir un vent glacial sur mon visage. Il ne souffle pas si fort, c'est juste une brise, quelque chose qui me rappelle qu'avant d'être Eleven Jefferson, je ne suis rien qu'un gosse pourri-gâté. « Pourquoi tu fais ça ? Qu'est-ce que ça te rapporte au fond ? » Je peux encore entendre sa voix se briser, cette main posée sur mon torse. Elena ne cessera jamais de me hanter. J'ai beau essayer de fuir, elle sera toujours là, quelque part. Sans me retourner, je désigne la rue. « Gauche ou droite ? Le choix est tien. » Pour une fois que je le lui laissais, elle n'avait qu'à profiter. Quoiqu'elle dise, je ne la lâcherai pas de la soirée. Elle pouvait bien essayer de partir, elle n'y arriverait pas; car je la tenais trop fort pour qu'elle puisse y parvenir avec un corps aussi frêle.
(c) Miss Amazing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sanctuary-of-heart.forumactif.org
avatar


Extasy A. Skyfall


× Pseudo : © Sweety
× Crédits : © Miss Amazing
× Autres comptes : Min-Ji LEE V.
× Nom complet : Extasy Alexiel SKYFALL
× Âge : 19 ans
× Classe : Bachelor
× Humeur : Got a Secret ♥

Pour aller plus loin
× Liste des choses à faire:
Relations & Commentaires:
× JukeBox: Secret ▬ The Pierces

MessageSujet: Re: « Mais où suis-je tombée encore ? »   Sam 8 Déc - 19:27



❝ Mais où suis-je tombée encore ? ❞

Pv; ELEVEN D. W. JEFFERSON

Mon nom … Mon nom ? Lequel était-ce déjà ? Je ne sais plus ou je ne veux plus savoir. Ce nom que je n’aime pas, ce nom qui me rappelle le peu d’amour que m’offrait mon père, enfant … Ce nom si moche, si bête … Ce nom atroce dont il est si fier. Il n’est pas fier de moi, il est juste fier que je porte ce nom stupide. Un nom qui lui rappelle son premier amour. Pas ma mère, pas sa première copine, juste sa drogue : Extasy. Il a aimé cette drogue alors qu’il couchait avec ma mère, il l’a aimé lors de ma naissance et continu de l’aimer malgré la prison. Sauf que, parce qu’il y a toujours un truc pour tout cassé, il n’avait plus droit à la drogue et il ne s’était pas trouvé un dealer potable. Quand j’y pense, j’aurais peut être pu lui pardonner d’aimer la drogue un peu trop. J’aurais pu. Mais je ne peux pas. L’image qui reste gravé dans ma mémoire m’empêche de lui pardonner. Je me rappellerais toujours et encore cette horrible scène. Chose qui nous avait, moi et ma mère, profondément choqué sur le coup. Mon père serrant dans ses bras, embrassant fougueusement ce petit bonhomme aux airs de violeur. En y repensant, c’est Justin qui m’a porté la poisse en m’avouant que son père était devenu homo’ après la prison. Mais le pire, dans cette histoire, c’est que l’homosexualité de mon père est devenue célèbre dans le monde Entier. Parce que, bien évidement, cet enfoiré est un réalisateur connu qui se droguait à l’extasie, qui a trompé sa femme, un beau mannequin, pour un gars rencontré en tôle ! Ma main se serra d’elle-même autour de mon portable. J’eu un pincement au cœur. Je passe une main tremblotante près de mon visage et dégage une mèche. Je ne veux pas lui répondre, je ne lui répondrais donc pas. J’allume mon portable et écris un bref message à Justin. J’aimerais tant l’avoir à mes côtés là, maintenant. Pour oublier le coup de fil de mon premier amour, il me prendrait dans ses bras en me murmurant des « Tout va bien, ne t’inquiète pas, ca va bien se passer. ». Il aurait trouvé une solution à mon problème et tout ce serait bien passé dans les meilleurs des mondes. J’attrape mon verre et me met à le siroter, sous un coup de stresse. Une chose venait encore tout casser dans mon plan quasiment parfait : le prénommé Eleven. Lui, j’en suis sure que c’est un King. Il est trop beau gosse pour être honnête. De plus, il est évident qu’il passe sa vie à draguer. C’est un mec, il agit avec ses hormones. Mais alors Pourquoi Moi ? Y’avait des tas de jolies blondes dans la rue, pourquoi moi ? Il était de la police ? Etait-il chargé de me surveiller ? Un agent sous couverture ? Je sens la main du garçon accroché mon bras et je me retrouve brusquement dehors. Il me désigne une rue sans m’adresser un regard. Quel gentleman ce mec … Je me débats un peu et essaye de le faire se retourner vers moi tandis qu’il me demandait.
ELEVEN Gauche ou droite ? Le choix est tien. »
J’arrive enfin à le faire tourner vers moi. Je pense qu’il se rappellera pendant un certain temps que les femmes ne sont pas toutes fragiles. Sa joue cuit sous la baffe que je viens de lui donner et j’essaye de desserrer sa poigne. Il sert trop et ca me fait mal. De mon talon aiguille, j’écrase son pied. Pourvu qu’il me lâche … Un soupire exaspéré s’échappe de mes lèvres, il ne veux pas me lâcher … Que vais-je faire ? Si je lui balance tout ce que je pense des gens comme lui, est-ce qu’il arrêtera de me coller ? Ira-t-il se chercher une autre bimbo ? Peut être la jouer en douceur ? D’abord lui avouer mon nom, qu’il se foute de moi et qu’il se prenne une nouvelle baffe. N’était-ce pas plus marrant comme ca ? Si, n’est ce pas ? J’aime voir les yeux des mes victimes briller de douleur. J’avais adoré ceux de la tueuse d’Adèle. Ils m’avaient supplié pour que j’arrête, le sang coulant sur sa sublime robe de soirée. J’eu un mauvais sourire. Des idées pas nettes trainent dans ma tête … Non, je ne peux pas. Je suis surveillée. En plus, Eleven est un agent déguisé. Ca, maintenant, j’en suis vraiment sure. Ca parait complètement idiot mais pourquoi il est venu vers moi alors qu’il y avait pleins d’autres filles dans la rue bien plus jolies que moi ! On ne trouve plus rien à redire après cet argument, hein ? Je masse ma deuxième main, à nouveau stressée. Je soupire. Ce n’est pas une bonne idée de m’attaquer à lui, les flics pouvaient sortir à tout moment. Autant le lui demander directement. Par contre, une seule remarque sur mon père et je le castre.
EXTASYJe m’appelle Extasy Alexiel Skyfall. Pourquoi tu me colles ? T’es un flic, c’est ca ? Pourquoi tu me fous pas la paix ? Y’a d’autres jolies filles dans la rue alors lâche moi ! »
Je secoue mon bras prisonnier et il le lâche. Je soupire et masse mon poignet. Il avait beaucoup trop serré et ma peau marque si facilement. Continuant de masser l’endroit rougis de mon bras, je le regarde dans les yeux, cherchant à deviner ce qu’il allait me répondre. Je n’allais pas partir sans savoir si c’était un flic ou non. Et tant qu’il ne m’aura pas répondu, je ne le lâcherais pas. J’avais un petit message pour les flics et si Eleven en faisait parti, il allait m’aider à le leur livrer.



© Sweety
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: « Mais où suis-je tombée encore ? »   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Mais où suis-je tombée encore ? »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je suis tombé pour elle... ♦ [ Candice & Tyler ]
» Je ne suis pas celle que vous croyez, je suis pire ... - sandra alexine merry-weather -
» « Je suis un artiste. » •• Représentant Artistique.
» Mais si je ne suis pas morte ? Où suis-je tombée !
» Papa, c'est toi ? ▬ Ouais mais j'suis occupé là !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLEAMORE HIGH SCHOOL  :: Los Angeles :: Rues-